^Back To Top

foto1 foto2 foto3 foto4 foto5


Mouvement Militant Mauricien

Bizin vrai changement

Mouvement Militant Mauricien

Bizin vrai changement

Mouvement Militant Mauricien

La Commission des femmes du MMM réitère sa demande pour un durcissement de la loi


FAM

 

La Commission des femmes du MMM a rencontré la presse ce jeudi 7 juillet, pour exprimer son inquiétude face à la recrudescence de la prostitution infantile. Lysie Ribot en compagnie de Françoise Labelle, Ariane Navarre-Marie, Vedwantee Bikhoo, Sheila Ramgoolam et Sheila Babajee a réitéré sa demande pour un durcissement de la loi. Ariane Navarre-Marie a déploré que malgré que Maurice a signé plusieurs conventions, les femmes continuent à subir la discrimination. Quant à Françoise Labelle, elle a évoqué le sort des enfants handicapés.

 

En premier lieu Ariane Navarre-Marie a tenu à féliciter Mme Boodhoo pour sa nomination à la tête de la PSC et DFSC et a salué la présence de quatre femmes au sein de ces commissions. C’est une avancée, selon elle. Elle dit pouvoir compter sur cette dernière car Mme Boodhoo a travaillé avec elle lorsqu’elle était ministre. Parlant de la pauvreté, elle a déclaré que la situation sociale est alarmante. Elle a déploré que malgré que Maurice a signé plusieurs conventions, les femmes continuent à subir la discrimination en disant qu’une femme sur 10 vit  sous le seuil de la pauvreté.

Lysie Ribot, pour sa part a exprimé son inquiétude face à la recrudescence de la prostitution infantile. Abordant le dernier cas en date, cette jeune fille de 17 ans, elle a déclaré  qu’il faut que l’article 11 de la Child Protection Act soit amendé afin de contraindre tout témoin de maltraitance sur un enfant à rapporter les faits à la police. Chiffres à l’appui, elle a indiqué que ce cas n’est en fait que le sommet de l’iceberg. En 2002, a-t-elle indiqué, 2 600 enfants ont été victimes de la prostitution.

Selon elle, la maman de cette dernière dit avoir rapporté le cas à la Brigade  pour la protection des Mineurs depuis décembre 2013 en donnant même l’adresse du pensionnat mis en cause. Il paraît, dit-elle, que la brigade aurait dit à la maman qu’il lui faudrait jurer un affidavit pour qu’elle puisse visionner les enregistrements de la  caméra concernée. Si cela s’avère c’est très grave, a-t-elle souligné. Elle demande s’il y a eu une collaboration  entre  la Brigade  des Mineurs, la police et la CDU et dans l’affirmative quelle a été la forme de l’action prise ? Elle a rappelé  qu’en septembre 2011 déjà, la Commission des femmes du MMM avait tiré la sonnette d’alarme sur ce fléau et un an après elle avait présenté un document avec une vingtaine de propositions qu’elle avait remis au Premier ministre et aux ministres concernés  et qu’en mai dernier elle avait tenu un point de presse sur ce sujet. Pour la commission, il faudrait des lois plus sévères contre de tels délits, dit-elle.

 

Les propositions

 

Parmi les propositions, rappelle-t-elle, l’augmentation  du nombre de shelters,  un suivi socio-psychologique aux victimes et  un apport psychologique aux autres membres de la famille des victimes, des half-way homes pour les victimes ayant atteint l’âge de la majorité, un contrôle sévère des discothèques, bar et boîtes de nuit en interdisant l‘accès  aux mineurs  durant la journée et la nuit, la sensibilisation des agents du secteur touristique, des mesures pour  combattre  l’absentéisme à l’école, échelonner comme en France, les sentences dans le cas d’abus sexuel et de prostitution infantile afin que la plus jeune est la victime la plus forte soit la sanction pour le client et tous ceux impliqués dans ce trafic.

La Commission, a-t-elle ajouté, attend toujours  un nouveau rapport sur ce fléau promis par le PM depuis 2008 et par la ministre Martin en 2012 ; le Comprehensive Children’s Bill  annoncé depuis 2010 ; un nouveau rapport sur les enfants des rues et la mise en opération du drop-in centre de Grande Rivière Nord Ouest, prêt depuis le 4 juin 2012.

 

Le sort des enfants handicapés


FAM  Quant à Françoise Labelle, elle a parlé sur le sort des enfants handicapés. Elle a évoqué le manque de place pour ces enfants qui ont plusieurs genres d’handicaps. Citant le cas du Foyer Namasté, elle a déclaré que les enfants ont été envoyés dans des centres qui n’ont pas la compétence à l’instar de CEDEM où même la gérante a confirmé ces dires. Elle a  même cité des cas où des enfants sont tombés malades et un est décédé. Elle a plaidé pour que la CDU travaille  pour la réunification  de ces enfants en faisant des arrangements  pour des rencontres avec leurs parents avec des accompagnements psychologiques et aider ces derniers à les prendre en charge. Dans ce cas elle réclame que l’argent versé à ces centres soit versé  à ces parents.

 

 

 

 

Read more http://www.mmmparty.org/lemilitant/index.php?option=com_content&view=article&id=1367:prostitution-infantile-7-aout-2014&catid=1:latest-news&Itemid=44